Strauss-Kahn relance la thèse de la manipulation


break_the_egg_256px_reasonably_small

La thèse d’une manipulation avait déjà été avancée par le journaliste américain Edward Epstein. Mais, cette fois, l’accusation vient de Dominique Strauss-Kahn lui-même. Hier soir, le très sérieux journal britannique « The Guardian » a publié un long récit sur son site Internet dans lequel l’ancien patron du FMI révèle sa vision de l’affaire du Sofitel.

Dans cet article, repris ce matin dans la version papier du quotidien, DSK n’emploie pas le mot de « complot » mais dit avoir été « peut-être naïf ». Et d’évoquer pour la première fois ouvertement le « rôle » joué par ses « opposants politiques » pour faire éclater une affaire privée en « scandale ».

Sur le même sujet:

 


RAPPEL: Le Lien rouge du titre, vous envoi sur l'article original (Texte,Photos…)